La philosophie des étoiles

Tout le monde connaît l’astrologie des horoscopes, celle qui nous prédit de manière très approximative si nous allons passer une bonne journée. Mais, l’astrologie, c’est avant tout un système symbolique où tout a un sens. Cela va au-delà des douze signes et des traits caractériels stéréotypés que l’on peut leur attribuer.

Il faut penser le zodiaque comme un ensemble. Dans les cartes du ciel – qui représentent le placement des astres au moment de notre naissance – chaque élément interagit avec les autres, ce qui crée une cohésion globale. Chaque signe astrologique représente à la fois une saison, un élément, une planète et une partie du corps.

Un système symbolique

Pris dans son ensemble, le zodiaque symbolise les différentes étapes du vivant, que ce soit au niveau universel ou plus petit. De fait, celui-ci est construit dans un ordre bien précis : le bélier est le premier signe, il représente l’impulsion originelle et la création de la vie, tandis que le poissons (signe double), termine le cycle : c’est le déploiement cosmique et l’universalité par excellence !

Les signes astrologiques symbolisent également les quatre éléments qui représentent eux-mêmes différentes formes d’intelligence : les signes de terre (vierge, taureau, capricorne) sont ancrés dans la réalité, ils sont froids et méthodiques, tandis que les signes de feu (bélier, lion, sagittaire) représentent l’égo et l’impulsivité : ce sont des leaders nés. Les signes d’air (gémeaux, balance et verseau), pour leur part, sont les signes de la communication et de la curiosité : leur intelligence est sociale. Enfin, les signes d’eau représentent l’émotivité : ils pensent avec leurs émotions et ont un instinct sur-développé.

La saisonnalité des signes

Le zodiaque, c’est donc avant tout un équilibre entre ces trois énergies. Mais il est également symbole de la saisonnalité. Un signe de chaque élément débute et termine une saison.

Le printemps débute par le feu du bélier, l’été par l’eau du cancer, l’automne par l’air de la balance, et l’hiver par la terre du capricorne. Ces signes sont appelés les signes cardinaux : ils démarrent l’action, débutent une saison.

Par la suite, chaque saison s’enracine dans un signe : le printemps dans la terre du taureau, l’été dans le feu du lion, l’automne dans l’eau du scorpion, et l’hiver dans l’air du verseau. Ils sont appelés les signes fixes car ce sont les plus « stables » et les plus ancrés dans leur élément.

Enfin, toute saison termine par un signe : le printemps dans l’air du gémeaux, l’été dans la terre de la vierge, l’automne dans le feu du sagittaire, et l’hiver dans l’eau du poissons. Ils sont appelés signes mutables car ce sont les plus souples, et qu’ils annoncent l’arrivée de la saison à venir.

La saisonnalité des signes est très visible dans le zodiaque en lui-même : les signes d’été comme le cancer ou le lion – l’un fusionnel et l’autre passionné – sont plus « chaleureux » que leurs opposés verseau et capricorne, qui sont par essence des signes que l’on dit coupés de leurs émotions.

Mais l’astrologie occidentale n’est pas le seul système symbolique valable. En Chine, son fonctionnement est différent mais représente d’une autre manière la vie terreste et les différentes étapes du vivant : et là encore il est coupé en douze, nombre symbolique également !

Article inspiré de la chaîne Youtube de Damien Secrets.

Les étoiles cachent encore de nombreux secrets. Levez le voile sur l’un de ceux-ci en découvrant notre Expédition, « Station Polaire Achéron » !

Aucun commentaire

Ecrire un commentaire